ANIMAUX TROP HUMAINS : L’ADOPTION ANIMALE

L’altruisme, cet acte désintéressé bénéficiant au receveur au détriment du donneur, est aujourd’hui considéré comme l’un des paradoxes de l’évolution.

Dans la nature, où seuls survivent ceux qui sont les mieux adaptés et où l’égoïsme est la principale des motivations, adopter la progéniture d’autres animaux n’est pas vraiment en accord avec la théorie darwinienne de l’évolution… Et pourtant, chez les abeilles, les dauphins, les lions, et diverses espèces de primates, l’altruisme va parfois jusqu’à l’adoption. Dans le cas particulier des insectes sociaux, cette substitution parentale avait déjà conduit Darwin à réviser sa théorie de la sélection naturelle : le biologiste s’est en effet aperçu que les insectes non-reproducteurs qui assistaient les jeunes étaient porteurs d’une grande partie du bagage génétique de leurs parents. Darwin a dû étendre sa théorie de l’évolution au groupe familial et plus seulement aux parents. Mais chez les mammifères dont l’homme, quel est l’avantage de l’adoption ? Au cours des années qui suivent l’acte, l’adopté contribue-t-il à la survie du parent adoptif et vice-versa ? La controverse évoquée dans ce documentaire anime encore le monde scientifique. Pour tenter de répondre à ces questions, nous étudierons avec précaution chaque cas séparément car chaque comportement d’adoption a probablement évolué différemment vers son propre intérêt voire … son propre désavantage.

 


Details: 52′

Réalisé par Jacqueline FARMER