ENGLISH
Connexion :
> Accueil > Programmes > Les Mondes Perdus, Le Mystère des Dragons à plumes

Détails

Partager cette vidéo

Lien :

Embed :

La paléontologie vit actuellement un âge d’or : dans les dix dernières années, plus d’espèces fossiles ont été exhumées que depuis les origines de cette science, il y a deux siècles.

Grâce aux nouvelles technologies, à la croisée de la génétique, de l’éthologie, de la géologie et même de la physique des particules, les paléontologues peuvent aujourd’hui redessiner l’arbre du vivant et ses branches effacées par le temps. Ils font voler en éclats certains mythes qui ont persisté jusqu’à la fin du XXème siècle, et peuvent répondre à trois questions essentielles :
-       d’où viennent les insectes ?
-       d’où viennent les oiseaux ?
-       d’où viennent les mammifères ?
A renfort d’images de synthèse hyper-réalistes, cette série cautionnée par les plus grands experts internationaux portera à l’image à la fois ces créatures oubliées, mais aussi les controverses idéologiques ou encore les fraudes qui émaillent leurs découvertes.
Sur le mode d'une enquête paléontologique, la trilogie « La Nouvelle Préhistoire » propose au spectateur de vivre en immersion une trépidante aventure scientifique contemporaine. Avec pour preuves illustrant les débats sur l'origine des espèces, des images des animaux exhumés en parfait état, des reconstitutions ultra-réalistes de créatures méconnues en images de synthèses, et des vues aux rayons X des animaux modernes mêlées aux interviews des scientifiques.
Sur le terrain ou dans les laboratoires, chaque film suivra une poignée d’experts internationaux. Leur quête d’une réponse à une question extrêmement simple suivra une progression logique en trois temps : un état des lieux en première partie, le corps du sujet sur les découvertes et enfin les enseignements. Les découvertes rythment le film et servent d’arguments aux scientifiques. Lire dans les pierres n’est pas aisé : d’inévitables querelles d’interprétation s’en suivent, mais donnent lieu à un foisonnement de techniques venues de différents horizons pour faciliter la lecture. Aujourd’hui, les paléontologues font appel aux scanners lasers ou à tomographie utilisés en médecine, mais aussi aux microscopes électroniques à balayage et aux rayons X pour comparer les anatomies des animaux vivants et disparus, et même à l’immense synchrotron pour voir en trois dimensions des animaux prisonniers dans la roche.
Empreints de rigueur scientifique, ces films ne verseront pas dans la course au sensationnel qui a émaillé ces dernières années les représentations de dinosaures et les mythes qui les entourent. N’en déplaise aux scénaristes de Jurassic Park, ni les dinosaures, ni les insectes piégés dans l’ambre, ne livreront un jour de l’ADN.
Cette rigueur scientifique n’empêche pas l’évasion, et surtout des mises en scènes humoristiques : avec « La Nouvelle Préhistoire », on marchera aux côtés de spécialistes dans un monde merveilleux en esquivant les courses de grands mammifères prédateurs de dinosaures, les vols de libellules dont l’envergure dépasse celle des goélands, ou encore les attaques des T-Rex couverts de plumes !